Le camp des morts

Craig Johnson

Dans ce sescond tome des aventures du shérif Longmire, l'auteur approfondit le passé et le background de ses personnages.

Le camp des morts

Quelques mots sur l'auteur. Craig Johnson, né le 1er février 1961 à Huntington dans l’État de la Virginie-Occidentale, est un écrivain américain, auteur d'une série de quatorze romans policiers consacrés aux enquêtes du shérif Walt Longmire.

Avant d'être écrivain, il exerce différents métiers : policier à New York, professeur d’université, cow-boy, charpentier, pêcheur professionnel, ainsi que conducteur de camion. Il a aussi ramassé des fraises. Tous ces métiers lui ont permis de financer ses déplacements à travers les États-Unis, notamment dans les États de l'Ouest. Il finit par s'installer dans le Wyoming où il vit actuellement. Toutes ces expériences professionnelles lui ont servi d'inspiration pour écrire ses livres et donner ainsi une certaine crédibilité à ses personnages.

Il est l’auteur d'une série policière ayant pour héros de shérif Walt Longmire. Les aventures du shérif se déroulent dans le comté fictif d'Absaroka, Wyoming, Etats-Unis, le long d'une branche des montagnes rocheuses, la Chaîne Absaroka. Par son cadre géographique, la série lorgne vers le genre du western. Elle a été adaptée à la télévision américaine sous le titre Longmire, avec l'acteur australien Robert Taylor dans le rôle-titre.

Pitch. Lorsque Mari Baroja est empoisonnée à la maison de retraite de Durant, Wyoming, le shérif Walt Longmire se trouve embarqué dans une enquête qui le ramène cinquante ans en arrière. Il se plonge alors dans le passé mystérieux de cette femme et dans celui de son mentor, le shérif Lucian Connally à la poigne légendaire. Tandis que l'histoire douloureuse de la victime trouve peu à peu une résonance dans le présent, d'autres meurtres se mettent sur le chemin des deux shérifs. Aidé par son ami de toujours, l'Indien Henri Standing Bear, son adjointe au langage fleuri et un nouveau venu séduisant, le shérif mélancolique et désabusé se lance à la poursuite de l'assassin à travers les Hautes Plaines enneigées.

Le Camp des morts, le deuxième volet des aventures de Walt Longmire, nous emmène au cœur d'une violence qui se terre dans les paysages magnifiques du Wyoming. Et hisse Craig Johnson au niveau des plus grands.

Ce que j'en ai pensé. Se situant toujours dans les montagnes du Wyoming, la suite des enquêtes du shérif Walter Longmire ne décoit pas. Loin des rythmes haletant que l'on peut trouver dans certains polars, on sent bien ici que le caractère minéral et immuable des montagnes et des grands espaces s'impose au récit.

Plongeant et explorant cette fois le passé des personnages, il contribue à forger sa communauté loin de la mythologie de l'ouest sauvage et du héros solitaire de l'âge d'or hollywoodien mais plutôt proche des westerns dit « crépusculaires » que l'on peut voir de nos jours. Ainsi, la famille des personnages du cycle gagne en épaisseur et en nuance.

Le style de l'auteur est toujours aussi maîtrisé et, comme je le précisais, on ressent très vite l'ambiance des Rocheuses très différente de ce que l'on peut éprouver dans un polar urbain.

L'enquête elle-même replonge 50 ans en arrière en faisant bien ressortir toute la noirceur d'une société encore très raciste et méfiante envers l'étranger. Si l'on peut se dire que beaucoup de choses n'ont pas complètement changé dans le comportement des individus, la loi semble au moins évolurer dans le bon sens.

En conclusion le plaisir de lecture est toujours là et, comme souvent dans ce type de récit, on s'attache très vite aux différents personnages, principaux ou secondaires.

diaspora*
blog comments powered by Disqus

(c) Ceci n'est pas un copyright.